Cours d’initiation à la gemmologie ou comment faire un joli cadeau d’anniversaire…

Quel plus beau cadeau que d’offrir un savoir? En proposant les cours d´initiation à la gemmologie, je m’attendais surtout à donner quelques trucs et astuces sur les pierres que l´on peut ramener de voyage. Mais j’ai eu le grand bonheur de partager mes connaissances avec une maman et ses deux filles dont l’une fêtait son anniversaire. Le cours étant bien rodé, il pouvait commencer. Mais au moment où nous nous sommes assises autour des instruments, les questions ont commencé à fuser. Ces dames étaient loin d’être des néophytes et ce fut avec passion que nous avons partagé une après-midi d’intenses échanges autour d’un beau gâteau! Il y a eu quelques « Oh! » et quelques «Ah», pour tout de même garder des effets de surprise, notamment sur la fluorescence. Quelle chance j’ai de faire ce métier!

555C525C-8710-4CF4-BFDE-E3B4628FE41B

La moule perlière: sauvegarde d’une espèce en danger en Bretagne grâce à un programme européen!

A Brasparts (29), on tente de sauver la moule perlière

Saviez-vous que Marie de Médicis, possédait une robe ornée de 32.000 perles de moules perlières ? Elle est précieuse, dans tous les sens du terme. Au Moyen Âge c’est ce qu’on appelle la perle de semence ou perle d’Ecosse. Cette espèce d’eau douce est en voie d’extinction. La station d’élevage de Brasparts fait partie d’un programme européen pour sa sauvegarde.

© Bretagne Vivante

© Bretagne Vivante

 La moule perlière, espèce qui vit en eau douce est en voie d’extinction. Elle a déjà disparu de 60% de nos cours d’eau en un siècle et fait l’objet d’un programme européen de sauvegarde. En Bretagne, ce dernier est piloté par la station d’élevage de Brasparts dans le Finistère.
UNE MOULE PRÉCIEUSE, POUR LA BIODIVERSITÉ
Son cycle de vie complexe, ses exigences écologiques et sa grande longévité (jusqu’à une centaine d’années !) font d’elle une espèce « parapluie » : en la protégeant, on protège tout un écosystème. Au sein du vaste réseau qui constitue la biodiversité, la santé de la « mulette » (c’est son petit nom) revêt ainsi une importance toute particulière. Elle est même un baromètre sans faille de la qualité de l’eau de nos rivières puisqu’elle ne peut vivre que si le taux de nitrates est inférieur à 5 mg/litre! Aux dernières nouvelles, elle n’était plus présente que dans trois cours d’eau bretons. 
  • Par Emilie Colin – France 3 Bretagne
  • Publié le 28/11/2016 à 08:55, mis à jour le 28/11/2016 à 17:15

D’ une pièce d’or à une broche. Un accompagnement pour réaliser un bijou unique!

Belle histoire que ce bijou!

Une cliente avait reçu pour sa communion une pièce en or. C’est de nombreuses années plus tard qu’elle a souhaité sortir cette pièce de sa boite pour en faire un bijou unique.

A partir d’un modèle Art Nouveau trouvé sur Pinterest, il a été établi que ce ne serait pas une copie mais une inspiration de cette période. Faisant appel à un orfèvre en qui j’ai toute confiance et en lui laissant le temps nécessaire pour mûrir le projet, le projet est devenu une réalité.

En voici les étapes:

1- Réalisation du support

img_3885

2- Ajout de fleurs (orchidées). Celles-ci sont encore à l’état brut et doivent être polies et fixées

img_3886

3- Ajout de perles d’eau douce. Les griffes sont en or 22 karat pour éviter d’endommager la pièce. Le reste du bijou est en or 18 karat. Le bijou est ici fini.

img_3901

4- L’arrière du bijou montre qu’il s’agit d’une broche dont l’épingle est cachée côté face grâce aux fleurs. Il a été décidé de réaliser un système d’attache, lui aussi invisible sur la face, afin de porter ce bijou en pendentif.

img_3904